Un thème commun à toute l'Europe, "Patrimoine et nature : un paysage de possibilités"

Publié le 24.08.2017
Les Journées européennes du patrimoine en Europe sont une initiative conjointe du Conseil de l’Europe et de la Commission européenne. Elles sont, depuis leur création, les manifestations culturelles participatives les plus largement suivies par les citoyens d’Europe.
© Ministère de la Culture et de la Communication

L’envergure paneuropéenne des événements qui leur sont associés contribue à rapprocher les citoyens et souligne, année après année, la valeur du patrimoine culturel des 50 États signataires de la Convention culturelle européenne. Plus de 70 000 actions sont organisées à chaque édition pour sensibiliser le public au patrimoine commun européen et à la nécessité de le protéger. Elles permettent de créer et partager des expériences communes autour du patrimoine, de promouvoir l’intégration et de stimuler la créativité et l’imagination.

L’édition 2017 de ces Journées du patrimoine en Europe soulignera, grâce au thème commun « Patrimoine et nature : un paysage de possibilités », la relation intrinsèque qui existe entre les personnes et la nature. L’accent sera mis sur la richesse du patrimoine naturel européen et tout sera mis en œuvre pour mettre en avant la façon dont l’environnement façonne notre existence et nos modes de vie, contribue à notre bien-être et à la croissance socioéconomique de nos pays. Pour ce faire, des événements seront organisés, partout en Europe, dans des sites naturels urbains, des jardins historiques, des réserves et des parcs nationaux, des zones protégées, des paysages quotidiens et des paysages exceptionnels.

En voici quelques exemples en France :

  • Auvergne – Rhône-Alpes

L’Île du Beurre, un espace naturel protégé depuis 1987. Située sur le Rhône, elle est gérée par le Centre d’observation de la nature de l’Île du Beurre, une association créée en 1988 qui a pour mission la préservation, la restauration et la valorisation du site. De nombreuses espèces animales et végétales de cet écosystème rhodanien évoluent sur ce territoire qui témoigne de l’activité ancienne du fleuve et de son action sur les paysages.

Présentation du site et de l’association, visites commentées équipées de jumelles pour découvrir le Rhône sauvage et sa biodiversité.

  • Bretagne

Ancienne zone de pâturage exploitée comme carrière jusqu’en 1966, le jardin conservatoire botanique national de Brest fut réhabilité dans les années 1970 par Jean-Yves Lescouëf pour y installer le premier établissement consacré à la préservation des plantes menacées. Dès 1975, il devient le premier jardin au monde dédié à la culture, à la conservation et à la prévention de plantes en voie de disparition. Labellisé « Jardin remarquable », cette structure offre la plus importante collection au monde d’espèces végétales vivantes en danger à travers un jardin conservatoire de 30 hectares et 1 000m2 de serres tropicales. Reconstituées en quatre milieux exotiques, les serres dévoilent la plus rare collection d’espèces vivantes. Visite libre des serres tropicales et jeu de piste proposé au jeune public. 

© Ministère de la Culture et de la Communication/ Charlotte Dissez
  • Bourgogne-Franche-Comté

Les gestionnaires de la Réserve naturelle du Val de Loire, en partenariat avec la commune de Tracy-sur-Loire, organisent une conférence sur le patrimoine naturel ligérien et les différentes espèces de plantes exotiques introduites à des fins ornementales aux XVIIIe et XXe siècles.

  • Centre-Val de Loire

Dans la vallée du Cher, les sablons de Corquoy sont composés de prairies, de boisements alluviaux et de pelouses alluviales sèches. Il s’agit des seules pelouses de ce type et dans un tel état de conservation sur cette portion de la vallée du Cher. Les milieux naturels et la flore qu’on y rencontre lui donnent en effet un caractère exceptionnel, également reconnu à l’échelle européenne au sein du site Natura 2000. Ouverture exceptionnelle et première participation

  • Corse

L’embouchure du Golo se situe au sud de la réserve de l’étang de Biguglia, sur la commune de Vescovato. Ce delta présente une grande diversité faunistique et floristique ainsi qu’un intérêt géologique. Immersion au cœur du Golo en pirogue et découverte du plan d’eau de Padula et de ses hôtes (oiseaux d’eau et tortues) organisée par le Conservatoire d’espaces naturels. Atelier de pêche.

Le lac de Padula a été aménagé dans les années 1990 afin de créer une grande retenue d’eau pour lutter contre les incendies et permettre l’irrigation agricole. Depuis la création du barrage de Padula, une flore et une faune spontanées liées au milieu humide se sont développées. Ateliers de découverte de la faune avec intervention d’un guide de pêche.

© Ministère de la Culture et de la Communication
  • Grand Est

Randonnée commentée et contée qui sillonne entre le col du Boenlesgrab et le Hilsen, en passant par le sommet du Petit-Ballon, à Lautenbach. Le parcours permet d’appréhender l’évolution des sites au fil des aléas de l’histoire, des implantations humaines et des pratiques agricoles à travers une lecture des paysages.

  • Hauts-de-France

La carrière Sarazin et le treuil à moteur, conservé en son sein, sont les témoins exceptionnellement préservés de l’âge d’or de l’exploitation la pierre, avant la mécanisation systématique de son extraction dans les carrières. Le site est en cours de restauration par les bénévoles de l’association « Carrières Patrimoine ». Exposition pédagogique, visite commentée et initiation à la taille de pierre pour les enfants.

  • Île-de-France

Située à l’orée de la forêt de Fontainebleau, la station d’écologie forestière est un service de l’Université Paris-Diderot. Imaginé par le botaniste Gaston Bonnier et conçu par l’architecte de la nouvelle Sorbonne, Henri-Paul Nénot, ce lieu est typique des stations de terrain de la fin du XIXe siècle. Depuis maintenant plus d’un siècle, c’est un lieu de recherche en biologie végétale, écologie et environnement. Visite commentée et atelier « Aider les chercheurs grâce aux sciences participatives ! » pour cette ouverture exceptionnelle.

Vaste réserve qui s’étire sur 13 hectares,  la réserve des étangs de Bonnelles protège deux étangs, trois îles et la riche variété d’espèces qui y sont rattachées. Situé en partie sur l’ancien parc paysager du château de la duchesse d’Uzès, le site conserve de cette époque quelques fabriques disséminées. Elle présente également un intérêt botanique en vertu de sa grande diversité. On trouve à proximité des étangs de nombreuses espèces rares ou menacées, tant dans les domaines de la flore que de l’ornithologie. Visite commentée « La réserve naturelle des étangs de Bonnelles, entre patrimoine historique et naturel » et présentation des projets réalisés par des lycéens et des étudiants dans le cadre de chantiers participatifs.

© Ministère de la Culture et de la Communication
  • Nouvelle-Aquitaine

Niché au cœur de l’île d’Oléron, au sein d’un espace naturel qui s’étend sur plus de 50 hectares, le site du Pôle-Nature du Marais aux Oiseaux abrite un parc de découverte de la faune sauvage et domestique à vocation pédagogique de 10 hectares ainsi qu’un centre de sauvegarde où sont soignés chaque année plusieurs centaines d’animaux.

  • Occitanie

Le Syndicat mixte du bassin de Thau a lancé, avec le concours du Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) bassin de Thau, une campagne de sensibilisation à la protection des herbiers de zostère sur les plages de Balaruc-les-Bains, Bouzigues et Marseillan.Visite commentée sur la plage de Marseillan par un animateur du CPIE bassin de Thau et découverte du sentier sous-marin de Marseillan (sur inscription) pour cette première participation.

  • Pays de la Loire

Encerclé par les falaises de l’ancienne carrière, le site naturel de Roche Ballue propose tout au long de l’année des activités de loisirs liées à l’environnement. Il dispose notamment d’un site ornithologique qui sera exceptionnellement ouvert gratuitement au public pendant les Journées.

  • Provence-Alpes-Côte d’Azur

Site naturel protégé de 1 200 hectares à la jonction de deux écosystèmes, le delta du Rhône et la plaine steppique de la Crau, les marais du Vigueirat constituent l’un des sites les plus remarquables du Conservatoire du littoral en Camargue. Les marais abritent une grande diversité floristique et plus de 2 000 espèces animales et végétales y sont recensées. Le patrimoine naturel des marais du Vigueirat est reconnu à l’échelle nationale et internationale : classé Réserve naturelle nationale, il constitue une zone centrale de la Réserve de Biosphère de Camargue. Chasse au trésor en famille, découverte des écosystèmes des marais et jeux pour sensibiliser le jeune public à l’éco-citoyenneté.

 

© Ministère de la Culture et de la Communication

...Et en Europe

  • Croatie

La glyptothèque de l'Académie des sciences et des arts de Croatie présentera l'exposition « Pustinja Blaca - Le paysage culturel ». Celle-ci vise à souligner la valeur exceptionnelle du désert de Blaca, comme centre d'un écosystème riche et complet, situé dans un environnement à la fois sauvage et cultivé

  • Espagne

La réserve naturelle Tajo Internationale est l'un des derniers refuges pour diverses espèces menacées originaires des forêts méditerranéennes. Cette réserve naturelle, dans le nord-ouest de la province de Cáceres, suit le fleuve Tage et ses affluents, les Erjas et le Sever, qui agissent comme une frontière naturelle longue de 60 kilomètres. La partie espagnole couvre plus de 25 mille hectares et abrite de nombreuses espèces, dont certaines sont menacées d'extinction, comme la cigogne noire, l'aigle impérial ibérique et l'écrevisse d'eau douce indigène. La faune indigène comprend également des loutres, des lézards d'eau, l'aigle à bec court, l'aigle royal, le vautour égyptien, les vautours de Griffon, les vautours noirs et les aigles de Bonelli et une liste presque infinie d'autres mammifères et poissons.

Visite commentée du Centre d'interprétation du Tajo international, randonnée pédestre de 17 km pour partir à la découverte de la richesse culturelle et naturelle du parc : visite du pont romain, du Menhir del Cabezo, observation des oiseaux du parc à « La Cantera » (zone de protection spéciale).

© Ministère de la Culture
  • Italie

Le Musée du patrimoine industriel de Bologne présente une exposition consacrée à l'eau comme source d’énergie. Différentes machines seront exposées notamment des roues hydrauliques afin de souligner les différentes applications de cette ressource naturelle. Les œuvres, les images, les objets exposés permettront également aux visiteurs de reconstruire l'histoire de Bologne vivant sur l'eau.

  • Pologne

Situé dans la province d'Opole, sur un terrain volcanique, le parc paysager du Mont Sainte-Anne, dont la superficie dépasse les cinquante kilomètres carrés, est connu pour sa grande biodiversité. Les conditions climatiques et les sols spécifiques conditionnent la végétation du parc et de ses environs. Certains fragments de forêt, les plus précieux d’un point de vue biologique, sont classés réserves naturelles. Au total, le parc comprend six réserves de ce genre comme la réserve géologique, la réserve de fleurs forestières… En 2004, le Mont Sainte-Anne a été classé monument naturel.

  • Suisse

Classées parmi les destinations touristiques les plus visitées en Suisse, les chutes du Rhin font partie des plus grandes d’Europe. Ces chutes d’eau sont entourées, de part et d'autre, par les châteaux de Laufen et de Wörth. Situé entre le lac de Constance et la ville de Bâle, le lit du fleuve s'est creusé dans les roches calcaires du Jura formant ainsi des rapides et ces cascades d’eau.

© Ministère de la Culture